Les vacances d’été étaient déjà à nos portes. Il allait pourtant falloir mettre les bouchées doubles. Le ThincLab de Châlons n’ayant pas encore le certificat d’incubateur d’excellence, nous avons dû nous projeter sur une incubation à la Technopôle de Troyes.

Pour être admis à la Technopôle, il allait falloir démontrer que notre projet le mérite. Nous serons jugés sur une présentation de 20 minutes devant un comité d’experts. Préalablement à cette présentation, nous devions réaliser un « pitch » d’un 15aine de slides, ainsi que rédiger et transmettre préalablement notre business plan.

Nous étions assez confiants : Nous avions rencontré un cabinet d’expertise comptable spécialisée sur l’économie startup lors des rendez-vous d’experts à Chalons et le courant été bien passé. Et pour ce qui est de la partie rédactionnelle, nous n’avions pas conscience du volume de travail que nous avions à faire.

En effet, rédiger un business plan revient à peu près à rédiger une thèse : Et la thèse en question devra démontrer que l’entreprise est viable.Il fallait réaliser une étude de marché complète, par téléphone, mail ou en contact direct. Ajoutons à ce travail une étude documentaire précise, une stratégie d’acquisition, une charte graphique, et évidemment un prévisionnel de qualité.

La réalisation du prévisionnel

Évidemment, tout ne s’est pas passé comme prévu.

Sans que nous comprenions pourquoi, notre cabinet d’expertise comptable ne répondait plus. Nous avons eu beau relancer 3 fois, nous n’avions pas 2 mois plus tard de prévisionnel, malgré les engagements pris. Nous avons dû nous contraindre à rechercher en plein mois d’août un nouvel expert-comptable. La situation devenait compliquée, car la présentation devait être effectuée début septembre. Grâce à notre réseau, nous trouvons cette perle rare. Mais malheureusement, une fois notre business model expliqué, celui-ci jette l’éponge : Il n’a jamais suivi de startups, et c’est d’une expertise spécifique dont nous avons besoin.

Il nous reste 15 jours. Nous n’avons pas d’expert-comptable, pas de prévisionnel. Et nous sommes le 15 août.

Nous nous tournons vers un conseiller en pilotage d’entreprise, M. Cyrille MICHEL, pour solutionner cet écueil. Certes, nous avions toujours besoin d’un expert-comptable, mais dans un premier temps, c’est bien le prévisionnel qui nous importait.

Cette adaptabilité nous a finalement porté chance : nous avons été face à un interlocuteur qui ne s’est pas ménagé pour comprendre notre business model et nous apporter ses conseils en plein cœur du mois d’août.

Début septembre, nous avions un prévisionnel. Il n’était pas parfait, mais il existait, et nous pouvions le défendre.

Le business plan

Le prévisionnel étant réalisé, il nous fallait finaliser le business plan.

La charte graphique avait été réalisée par un étudiant, sur recommandation d’un autre startuper. La rapidité, le prix et la qualité de la prestation ont été au rendez-vous : un souci de moins.

L’étude de marché était plus compliquée :  il fallait obtenir des retours de chefs d’entreprise… En congés. Nous avons dû tester des outils que nous ne maitrisions pas franchement comme les questionnaires Google et Snovio. Nous étions déjà confrontés aux questions RGPD, et de gestion de base de données. Le plus ennuyeux était la conviction que cette étude de marché, bien qu’impérative, était finalement totalement inutile : la seule manière de savoir si notre solution est bonne, c’est en la mettant sur le marché.

Tant bien que mal, nous avons fini par réussir à boucler cette étude.

La partie stratégie acquisition était à la fois la plus captivante et la plus hasardeuse. Nous n’avions que très peu de données que nous pouvions transposer. C’est pourtant sur ces données que nous devions assoir notre business model et sa viabilité.

L’analyse de la concurrence n’était pas non plus une mince affaire. Certes, internet est notre ami. Mais forcé de constater que lorsque vous travaillez sur des solutions innovantes, si vous trouvez beaucoup d’informations dessus, c’est justement parce qu’elle n’est plus innovante.

Malgré des heures de recherches, nous ne trouvions que des solutions avoisinantes, mais rien qui, en France, ne correspondent à notre projet. Malheureusement, dans l’univers startup, dire que vous n’avez pas de concurrents n’est pas particulièrement bien reçu : Soit nous n’avions pas suffisamment cherché, soit notre projet était douteux.

Nous avons donc poursuivi nos recherches, et soudain, par comme par magie, un concurrent est apparu via twitter. L’entreprise était jeune, et sa visibilité était encore très réduite. Son business model, et ses analyses étaient les mêmes que les nôtres. Et ses métriques semblaient bonnes !

C’était la dernière pièce du puzzle, et nous l’avions enfin trouvé !

La présentation

Comme rien ne doit se passer comme prévu, arrivés sur les lieux de la présentation, nous avons dû faire face à une nouvelle difficulté :

Bien que nous ayons envoyé préalablement notre présentation à la Technopôle, c’était à nous de prendre notre propre informatique pour la transmettre en vidéo projecteur. Nous n’avions pas envisagé cette hypothèse, car nous avions eu une expérience différente à Chalons. Qu’à cela tienne, nous avions un ordinateur portable avec nous. Mais bien évidemment, ce dernier était trop ancien et ne pouvait être banché au rétro sans adaptateur. Il allait donc falloir en trouver un.

Le temps s’écoulait, et nous étions face à ces experts que nous ne connaissions pas. Cela ressemblait vraiment à de l’amateurisme, et pourtant, nous devions démontrer que nous étions sérieux…

Finalement, la présentation put être projetée. Mais le temps perdu l’était définitivement. Nous avions initialement 10 minutes, il allait falloir transformer notre présentation en 5 minutes, sans perdre ni en crédit, ni en qualité.

Challenge accepted !

Heureusement, la réalisation du business plan nous aura conduits à nous poser en amont une multitude de questions. Et nous étions finalement prêts.

Nous étions en septembre, et l’entreprise était acceptée en incubation à la Technopôle de l’Aube.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Incubation

Jean-Sébastien LEFEVRE

✅J'accompagne les entrepreneurs dans la mise en place de la meilleure protection sociale en fonction de leurs besoins 🚀

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :