L’idée étant née, il fallait la partager. J’ai donc le jour même contacté trois amis du métier pour recueillir leurs avis. Deux d’entre eux avaient une âme d’entrepreneur, mais ils avaient déjà leur projet. Cependant, l’idée leur semblait intéressante.

J’ai donc commencé à en parler autour de moi. J’ai alors remarqué que si je parlai à un prospect potentiel, j’avais une vraie écoute. Inversement si je parlai de mon projet à une personne éloignée de mon business, mon interlocuteur changeait rapidement de sujet. À la décharge de ce dernier, je devais être pénible à ne parler que de cette idée.

Je pense que j’essayai de la tester pour la mettre sous le feu des critiques et recevoir un maximum d’objections.

Malheureusement, même quand mon interlocuteur montrait de l’enthousiasme pour le concept, une association était inenvisageable. Cette situation a duré plusieurs mois.

Un jour, je suis allé manger un midi avec mon plus vieil ami et un de ses amis. Je savais que lui aussi était dans une démarche de création d’entreprise. Il venait de quitter son employeur avec l’ami en question pour lancer une entreprise de drones.

Lors du repas, j’ai constaté que leur projet avait du plomb dans l’aile, car l’idée était plombée par toute une série d’informations marché. Ils étaient à la recherche d’une nouvelle idée et celles-ci, souvent loufoques, fusaient.

J’ai alors présenté mon idée qui a été retenue avec enthousiasme. J’ai donc proposé de présenter le concept à un incubateur pour avis et de revenir vers eux pour étudier le retour. Le rendez-vous a eu lieu au ThinkLab de Châlon, jeune incubateur en partenariat avec une université australienne, mais incubateur volontaire. Non seulement on m’a fait part de l’intérêt pour le concept, mais on m’a demandé de rédiger rapidement une fiche de présentation pour transmettre notre concept pour envisager une éventuelle incubation.

J’avais déjà réalisé ce travail et transmis cette fiche à des personnalités du web, sans succès. J’ai envoyé ce document le soir même. Cette fois, le retour a été rapide. 48 heures. Nouvelle demande: Il allait falloir réaliser sous dix jours un PowerPoint en anglais de notre concept.

Il fallait y présenter :

  • Les associés et leurs réseaux,
  • Le projet en trois-quatre points.
  • La situation actuelle.
  • La situation après.
  • Le potentiel du marché.
  • L’innovation.
  • Les conditions de la réussite du projet.
  • Les premiers chiffres estimés.

Réaliser un PowerPoint en dix jours n’est pas en soi une performance. Répondre à toutes ces questions, rendre simple les réponses, les mettre en forme, prévoir les problèmes techniques, le traduire en anglais, pour nous l’était, d’autant que cela se faisant alors que mon métier et nos familles ne me laissaient pas beaucoup de temps. Nous avons réussi à transmettre ce document dans les temps avec une certaine satisfaction.

Le PowerPoint a été reçu positivement : nous étions attendus deux semaines plus tard pour commencer une préincubation de trois mois afin de comprendre l’univers startup et de confronter notre idée à des experts de ce monde.

Nous étions en avril 2019. Nous étions rentrés en action.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Idéation

Jean-Sébastien LEFEVRE

✅J'accompagne les entrepreneurs dans la mise en place de la meilleure protection sociale en fonction de leurs besoins 🚀

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :