L’économie des startups est étroitement liée aux nouvelles technologies, même si certaines tentent d’innover via des innovations dites « d’usage » comme certaines plateformes comme Backmarket.

Pas d’IA, pas de financements.

Les technologies prisées sont celles de la blockchain, de l’intelligence artificielle et du machine learning. Les innovations uniquement digitales commencent à être perçues comme communes. Même les technologies d’impression 3D ou de drones sont souvent considérées comme des innovations d’usage.

La différence entre une startup développant une innovation d’usage et une startup développant une solution « deep tech » est énorme : Même si celle développant une innovation d’usage pourra avoir un impact énorme sur l’économie, c’est bien les startups « deep tech » qui bénéficient largement des aides, des financements et de l’intérêt des médias.

Ainsi une solution de plateformes comme AirBnB aura souvent plus de mal à se financer qu’une startup se lançant dans la recherche fondamentale, bien que cette dernière ait bien plus de chances d’échouer.

De ce fait, la très grande majorité des startups annoncent développer de l’IA. Ainsi, il a été observé qu’annonçer développer des solutions d’intelligence artificielle dans sa solution augmente significativement le montant obtenu lors des levées de fonds.

(Ma) Définition de l’intelligence artificielle

En réalité, très souvent, la technologie développée n’est qu’un algorithme assez basique ne répondant pas à la définition de l’intelligence artificielle. Notons que la CNIL, elle-même, considère l’IA comme le plus « grand mythe de notre temps » !

Précisons ici ce qu’est censé être une IA, en commençant par ce que ce n’en est pas :

L’intelligence artificielle n’est pas une intelligence, car elle n’a pas de conscience. L’intelligence artificielle n’est pas non plus un bot, c’est-à-dire un programme réalisant une tache à la place d’un humain. L’intelligence artificielle est un algorithme capable d’apprendre de multitudes de données et de déduire de ces informations la bonne réponse. Cet algorithme est donc en constante évolution, au fur et à mesure que de nouvelles données lui sont apportées.

Avec l’arrivée de la « big datas » (La capacité à récolter et à stocker des masses de données), cette technologie datant des années 50 trouve des usages remarquables en permettant de rationaliser comme jamais de nombreux processus.

Pourquoi tant d’argent pour l’intelligence artificielle ?

Les pouvoirs publics ont bien compris les enjeux sous-jacents et soutiennent fortement la recherche dans ce domaine. Ainsi sous l’impulsion de Cédric Villani, un milliard d’euros sera investit dans 4 pôles de compétences ces prochaines années. La région Grand Est, elle, a décidé d’investir 350 millions d’euros dans la recherche fondamentale en IA autours de différentes questions, notamment celles liées à la santé et l’écologie.

Dans le même temps, la fiscalité se veut plus favorable avec le CICE (Crédit Impôt Compétitivité emploi) ou le statut de Jeune entreprise innovante.

Cet afflux d’argent doublé de la perspective de création de nouveaux marchés a comme effet d’intéresser les acteurs financiers, tels que les banques ou les investisseurs générant encore plus de moyens pour ces entreprises. Ces organismes sont d’ailleurs encouragés à le faire via des incitations fiscales.

Conclusion

Alors, est-ce bien ou mal ?

Difficile à dire. Le monde des startups a créé un nouveau mot : le « bullshit ». Pour définir poliment ce terme, cela se dit d’un concept vendant « du vent ». Oui, de nombreux projets sont du vent. Oui, certains projets semblent même absurdes. Et oui, il y a des opportunistes.

Mais la loi des investissements à risque est celle du 80/20 issue de la loi de Pareto : 20% des causes créeront 80% des effets. Ainsi même si 80% des startups développent des concepts « bullshit » ou peu viables, les 20% doivent largement rembourser les investissements.

C’est en tout cas le pari qui est fait.

Et vous qu’en pensez-vous ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Incubation

Jean-Sébastien LEFEVRE

✅J'accompagne les entrepreneurs dans la mise en place de la meilleure protection sociale en fonction de leurs besoins 🚀

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :