La crise du Coronavirus aura eu pour effet de réduire significativement la trésorerie des entreprises. En conséquence de quoi, l’état a mis en place toute une série de mesures dont le prêt garanti par l’état.

Les premiers retours du terrain montrent que :

  • Les banques sont débordées de demandes.
  • Les refus sont plus importants que prévus.
  • Les startups, dans leur grande majorité, ne répondent pas au cahier des charges pour être refinancées.

Les enjeux sont si importants, notamment en termes d’investissements et d’emplois, qu’il y a fort à parier que cela va évoluer significativement dans les prochaines semaines. Mais la problématique du temps du conseiller bancaire va continuer d’exister.

Il est ainsi devenu impératif de rédiger son « executive summary » si on veut maximiser ses chances d’obtenir un financement.

Qu’est-ce qu’un executive summary ?

Un executive summary doit donner en une page l’ensemble des informations essentielles de votre activité.

L’intérêt ? De la même manière que les premières secondes sont essentielles lors d’une rencontre avec un individu, c’est votre executive summary qui donnera le ton sur le traitement positif ou non de votre dossier.

Notez que même pour une activité traditionnelle, la réalisation de ce type de document aurait du sens, car le temps disponible de votre conseiller bancaire reste le même.

La forme comptera autant (voir plus) que le fond : Lorsque votre document sera mis en concurrence avec des dizaines d’autres, si votre executive summary est mieux designer, votre interlocuteur passera plus volontiers du temps dessus. Inversement, un document bien rédigé, mais sans style, sera lu en diagonal et probablement aussitôt oublié.

Comprenez bien que si vous sollicitez l’aide d’un financier, investisseur ou banquier, vous ne pourrez obtenir son intérêt que si dans un très court laps de temps, vous arrivez à générer une envie de mieux vous connaitre.

Que doit-on trouver dans votre executive summary ?

Votre executive summary est une synthèse de votre « pitch deck » qui est lui-même une synthèse de votre « business plan ». Dès lors, suivant ce que vous allez développer dans votre BP, vous devrez le retrouver en synthétique dans votre executive summary.

En général, vous devriez y trouver :

  • Les porteurs de projets, et une photo de l’équipe.

Cet élément est sans doute un passage obligatoire. Vos interlocuteurs veulent savoir à qui ils s’adressent, et ce même si votre entreprise est importante. Vous devez donner confiance en expliquant pourquoi vous êtes à même de conduire à bien votre projet d’entreprise.

  • Le problème.

Vous expliquerez en terme simple le problème que vous avez constaté et ce qui justifie l’existence de votre entreprise. Par exemple, dans le cas d’une boulangerie, vous pouvez faire constater que pour acheter leur pain, les habitants de telle commune doivent faire x kilomètres.

Il s’agit ici d’un point critique : Si vous n’arrivez pas à expliquer le problème, vos interlocuteurs douteront de la réalité du marché, et donc de votre business model. Le mot clé ici est l’empathie. Faites ressentir à votre interlocuteur la souffrance que subissent vos prospects. Si vous arrivez à faire ressentir cette souffrance, alors le reste de la démonstration en sera grandement simplifiée.

  • La solution.

Vous devez retrouver ici un effet miroir avec le problème. Vous avez observé que vos clients nlmanquez de temps ? Pourquoi votre solution y remédie-t-elle ? Vous avez observé que les produits sur le marché sont médiocres ? Pourquoi les vôtres seront-ils meilleurs et plus adaptés aux attentes du marché ? Je vous suggère d’indiquer les trois critères différenciants qui apportent une vraie valeur ajoutée à votre solution.

  • Le marché.

Il s’agit sans doute de l’item le plus simple à réaliser. Indiquez-le en trois lignes maximum. Il vous faudra répondre aux questions « Pour qui » et « Combien ». Le « Pour qui » étant votre cible client, et le « Combien » étant le nombre de clients potentiels que votre offre pourrait toucher.

  • Le chiffre d’affaire.

Cet item n’a que deux réels intérêts : Montrer votre ambition et l’adéquation entre votre demande et vos objectifs. Si votre interlocuteur veut en savoir plus sur le « comment », il se plongera sur votre business plan. Indiquez vos objectifs sur du court, moyen et long terme. Si vous avez un réalisé N-1, indiquez-le. Vous expliquerez aussi en une phrase, pourquoi vos objectifs sont réalistes et que vous êtes en capacité de les atteindre.

  • La raison de votre demande de financement.

Que vous soyez face à des investisseurs ou des banquiers, ils doivent comprendre le sens de votre démarche. Là encore, travaillez précisément votre argumentaire. Je vous suggère de rédiger une page A4 pour développer vos raisons. Une fois vos idées couchées noir sur blanc, vous l’élaguerez pour ne retranscrire dans votre executive summary que l’essentiel.

Le design de votre exec.

Dès que votre entreprise communique, elle se doit de le faire sur la base d’une charte graphique. Cette charte graphique doit définir votre logo, les règles qui s’appliquent à celui-ci, votre police de caractères et vos couleurs sous forme de codes. Une charte graphique correcte doit permettre à vos interlocuteurs de comprendre ce que vous faites et avoir confiance dans la cohérence de votre projet.

Votre executive summary doit avoir le même aspect que votre business plan et votre pitch deck. L’ensemble doit avoir une cohérence visuelle.

Réaliser une charte graphique est donc un préalable. Si vous n’avez pas cette compétence en interne, vous pouvez vous orienter vers une agence ou un freelance en design et communication. Les prix varient très largement, de 150€ à plusieurs dizaines de milliers d’euros… Si vous n’avez pas le temps, ou l’envie, de passer par un prestataire extérieur, vous pouvez utiliser un outil numérique comme Canva qui peut vous aider à la définir, même si cet outil ne vous expliquera pas en quoi tel ou tel choix est cohérent et que tel autre ne l’est pas.

Une fois vote charte graphique établie, il vous faudra alors normer vos documents. La charte est en effet une règle de design, mais elle ne déterminera pas où l’on retrouvera votre logo, ni si vous utiliserez tel ou tel élément graphique, et si oui, dans quelle quantité.

Là encore, vous pouvez vous faire aider par un graphiste qui pour quelques centaines d’euros devrait pouvoir vous réaliser un « template » personnalisé. Si vous souhaitez vous débrouiller par vous-même, vous pourrez utiliser Canva, même si cet outil impose un certain nombre de contraintes et que la prise en main n’est pas toujours immédiate.

Pour vous inspirer, voici donc notre Executive summary.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Formation

Jean-Sébastien LEFEVRE

✅J'accompagne les entrepreneurs dans la mise en place de la meilleure protection sociale en fonction de leurs besoins 🚀

0 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :